Le numéro 174 en vente jusqu'au 06 mai
Presse Pontissalienne n°174

Infos

Edito

Désespoir

Le coup de semonce envoyé par les électeurs lors des municipales sonne comme un ultime avertissement à nos élus. Bien sûr, le Haut-Doubs a été épargné par le vote extrémiste et la colère des citoyens, faute de candidat Front National en lice. Bien sûr, le focus a été mis sur les quelques villes conquises par le parti de Marine Le Pen à l’issue de ce scrutin, quelques-unes sur les milliers que compte le territoire national. Mais ce vote, qui va désormais bien au-delà de la réaction épidermique de quelques dizaines de milliers d’électeurs froissés, s’ajoute à la Bérézina socialiste et montre à quel point le citoyen français a perdu toute confiance en ses dirigeants et en un système à bout de souffle. En Franche-Comté, on l’a constaté dans les plus grandes villes comme Belfort, Montbéliard et même Besançon où le maire sortant aura été malmené jusqu’au bout, presque désavoué. Pire encore, il y a désormais cette autre partie de la France, invisible et muette, qui n’a même pas cru bon de se déplacer aux urnes parce qu’elle ne se sent plus impliquée du tout dans le destin du pays. Le Haut-Doubs reste un peu à part dans ce paysage électoral bouleversé. Cette terre de droite n’a pas failli à sa tradition, même si là encore, de nombreux maires n’ont été élus qu’avec moins de la moitié des électeurs inscrits. Exemples frappants dans certaines petites communes, des élus sont devenus maires avec les voix d’à peine 20 % des électeurs : à cause de l’abstention d’abord et ensuite à cause du nombre impressionnant de bulletins nuls, rayés par des électeurs qui ne s’y retrouvent plus. Du Haut-Doubs, il apparaît donc que rien ne bouge vraiment. Mais il serait illusoire de le penser. Parce qu’ici comme ailleurs, le personnel politique a grandement perdu de son aura et le sentiment général qui prédomine est que quelque maire que l’on élise, il ne faut pas espérer en lui qu’il améliore la vie quotidienne de ses concitoyens. Ce sentiment est feutré dans le Haut-Doubs, région riche. Il suffit de se promener ailleurs en France pour constater que la détresse et le sentiment d’impuissance qui va avec s’est accélérée de manière exponentielle en six ans. Plus qu’un recours crédible, le vote Front National a été pour ces milliers d’électeurs un cri de désespoir. À la nouvelle équipe gouvernementale de se saisir de cette douloureuse question, au plus vite.

Jean-François HAUSER

Sommaire

Spécial immobilier haut de gamme

Elles sont à vendre : les plus belles maisons du Haut-Doubs. Visite guidée dans La Presse Pontissalienne.

Après les municipales.

La Presse Pontissalienne est allée à la rencontre des nouveaux maires du Haut-Doubs.

Une pétition contre l'insécurité.

Face à la violence récurrente qui gagne le centre-ville de Pontarlier, 90 commerçants ont signé une pétition. Le maire Patrick Genre réagit.

 

Et 48 pages d'actualité sur le Haut-Doubs

Jean-François HAUSER

Directeur de la rédaction