Numéro 202 en vente jusqu'au 06 sept. 2016
Presse Pontissalienne n°202

Infos

Edito

Gouffre

Avec le château de Joux, la Communauté de communes du Grand Pontarlier (C.C.G.P.) a la chance de disposer d’une pépite sur son territoire, en même temps qu’elle doit traîner un boulet. Car le château de Joux combine ces deux caractéristiques d’être un formidable levier touristique et économique, pour peu qu’on sache exploiter son potentiel, et un gouffre financier. Le problème, c’est que jusqu’à maintenant, cette difficile équation n’a pas trouvé de  réponse complètement satisfaisante, ce qui justifie l’étude en cours, dont La Presse Pontissalienne révèle en exclusivité le contenu dans ce numéro estival. Se cantonner à entretenir ce patrimoine hors norme reviendrait à jeter de l’argent dans un puits sans fond. Pour que le fort de Joux devienne une manne comme le sont par exemple les châteaux de Bavière, véritable tiroir-caisse pour cette région Sud de l’Allemagne, voire dans un autre registre, le chantier médiéval de Guédelon dans  l’Yonne, un site qui réalise désormais plus de 300 000 entrées payantes par an (six fois plus que le château de Joux), il est impératif pour la Communauté de communes qu’elle sorte de son simple rôle de chef de chantier. Des tentatives intéressantes ont été initiées, comme les fêtes médiévales, mais trop vite abandonnées car organisées avec des budgets trop contraints. Se pose sans doute la question de la gouvernance d’un site comme celui-ci. Avec ses 30 000 habitants et son budget étriqué, la C.C.G.P. n’a pas les moyens de ses ambitions pour ce château. On le constate partout : si de tels sites n’appartiennent pas à l’Etat, ou alors à l’inverse, ne sont pas financés par le privé, ils ne peuvent que végéter. Quels que soient les efforts - louables - consentis par la collectivité locale pour entretenir et dynamiser le château, il ne pourra sans doute pas devenir le site majeur du tourisme de Bourgogne-Franche-Comté qu’il pourrait prétendre devenir.  L’exemple proche de la saline royale d’Arc-et-Senans est peut-être à méditer. Bien que classée au patrimoine de l’Unesco, l’œuvre de Lecoux n’intéressait jusque là qu’une poignée d’initiés. Le Conseil départemental a décidé cette année de retenir ce site comme stratégique dans son plan de développement touristique. Pour cela, une programmation à la fois exigeante et populaire a été concoctée. Intelligemment, il a été décidé de s’appuyer sur un site d’exception pour lui donner de l’attractivité par l’animation. Si cet exemple s’avère payant cet été, les gestionnaires du château de Joux auront un bel exemple à méditer.
Jean-François Hauser

Sommaire
Le Haut-Doubs à sensations.

En l’air, dans l’eau ou sur terre, le plein d’activités insolites pour l’été. C'est à découvrir dans La Presse Pontissalienne.

Château de Joux : l'étude secrète qui remet tout en cause.
Un document interne à la communauté de communes du Grand Pontarlier remet à plat la valorisation touristique du Château de Joux.
 

Le cahier vacances.
Pour ne rien manquer des animations de l'été dans le Haut-Doubs.

Et 36 pages d'informations sur Pontarlier et le Haut-Doubs.

Jean-François HAUSER - Directeur de la rédaction