Le numéro 185 en vente jusqu'au 01avril 2015
Presse Pontissalienne 185

Infos

Edito

Angélisme

Mais quand est-ce qu’on considérera enfin le Front National comme un vrai parti politique ? Le mettre hors jeu, le marginaliser et estimer que ce n’est pas un adversaire politique comme les autres est une fondamentale erreur que reproduisent depuis des décennies les dirigeants politiques de droite comme de gauche. L’U.M.P. l’a encore constaté à ses dépens à l’occasion de la très médiatique législative partielle de Montbéliard début février : le Front National est aujourd’hui capable de remporter n’importe quelle élection en France. Les élections départementales qui se profilent le 22 mars seront un nouveau test de la popularité du parti Bleu Marine. Ceux qui estiment que ce scrutin est une élection de proximité où le candidat compte plus que le parti auquel il appartient se trompent. On le constate de plus en plus : quel que soit le candidat, c’est désormais l’étiquette F.N. qu’on plébiscite. Besançon en a fait l’expérience aux municipales de mars 2014 en élisant deux inconnus F.N. comme conseillers municipaux, Montbéliard l’a encore prouvé en donnant plus de 48 % des suffrages à Sophie Montel, résidant à Saint-Vit et professionnelle du tourisme électoral. Que l’U.M.P. ait affirmé ensuite que son candidat n’était pas à la hauteur revient une nouvelle fois à nier le problème F.N. On commencera à faire reculer ce parti quand on cessera de penser que ce n’est que par dépit que les électeurs le choisissent. Les trente ans durant lesquelles gauche et droite ont refusé de traiter les questions de sécurité, de laïcité, d’Europe, de communautarisme, autant de thèmes sur lesquels surfent avec aisance les disciples de Marine Le Pen, la République les paye aujourd’hui. L’angélisme avec lequel la gauche surtout, mais la droite aussi, ont traité tous ces sujets leur revient en pleine face. Phénomène nouveau : le F.N. arrive aujourd’hui à attirer à lui la jeunesse de ce pays, pourtant avec les mêmes idées périmées ou rances qui ont poussé sur le terreau fertile du délitement et de la crise. Pire : des anciens militants de l’extrême gauche se retrouvent aussi dans les thèses nationalistes et populistes du parti lepéniste. Avoir simplement écarté de la marche républicaine le F.N. lors de ce fameux 11 janvier est une autre erreur grotesque des dirigeants qui ont de fait ostracisé 25 % des Français qui n’adhèrent plus aux partis classiques. On commencera à regagner du terrain sur le Front National quand on acceptera de combattre ce parti sur les idées qu’il défend. Et c’est là qu’on s’apercevra peut-être qu’elles atteignent bien vite leurs limites.
Jean-François Hauser

Sommaire

Au sommaire de ce nouveau numéro :

Elections départementales des 22 et 29
Nouveaux candidats, nouveaux cantons, un dossier complet sur les enjeux du scrutin.

Le Haut-Doubs, une région dorée
Les pontissaliens sont plus riches que les dijonnais. C'est ce révèle une  récente enquête de l'Insee publiée dans le cadre de la fusion des régions.

Plan de carrière
Vincent Peillon, l'ancien ministre de l'Education Nationale enseigne désormais à Neuchâtel. Réactions.

 

Et 48 pages d'information sur l'actualité du Haut-Doubs.