Le numéro 183 en vente jusqu'au 03 février
Presse Pontissalienne 183

Infos

Edito

Conservatisme

Avec 2015, c’est une nouvelle année électorale qui s’ouvre. Encore une… Pour un nouveau scrutin, inédit : les élections départementales. Inédit, parce qu’elles remplacent les élections cantonales, disparues à la faveur d’une énième réforme territoriale qui a redécoupé la France électorale. En mars donc, on élira dans le Haut-Doubs comme partout en France nos nouveaux conseillers départementaux dans des cantons refondus et souvent agrandis. La grande nouveauté de ce scrutin - et sans doute sa seule vraie valeur ajoutée - sera la parité, obligatoire. Car dans chaque canton seront élus, non pas un, mais deux conseillers départementaux : obligatoirement un homme et une femme. Ainsi dans le Doubs où il existera 19 cantons (au lieu des 35 actuels), 38 conseillers départementaux seront élus, 19 hommes et 19 femmes. Et chacun de ces duos, appelés binômes, devra présenter sa candidature avec des suppléants, formant ainsi un quadrinôme. Vous suivez toujours ?… Si bien que pour les 19 cantons du Doubs, 19 quadrinômes seront élus, soit 76 personnes. Chaque parti politique doit donc chercher 76 candidats (38 hommes et 38 femmes) avant le 22 mars, date du premier tour de ce scrutin. Si l’ouverture de ces élections aux femmes est réelle, le casse-tête est immense pour de nombreuses formations politiques qui peinent déjà habituellement à trouver des candidats crédibles dans chaque secteur. Ces partis politiques traditionnels risquent bien de payer à l’approche de ce scrutin leur légendaire conservatisme. Ni du côté du P.S., ni du côté de l’U.M.P., ils n’ont brillé jusqu’ici par leur ouverture à la gent féminine. C’est même plutôt la misogynie qui règne au Conseil général du Doubs : sur 35 conseillers généraux, seules 6 sont des femmes ! Quel grand écart va-t-il falloir réussir pour établir la parité. On sera obligé - c’est sans doute là le second bienfait de cette réforme - d’aller chercher bien au-delà des partis pour trouver des femmes candidates. D’autres formations politiques qui ont une plus ancienne tradition d’ouverture aux femmes (les écologistes, les communistes…) seront peut-être plus à même de trouver des prétendantes. Mais un constat s’impose à deux mois du scrutin : plus que jamais les partis rament pour réunir autant de candidats pour une élection qui sans doute risque de paraître encore plus éloignée du citoyen avec un système électoral encore plus abscons que le précédent.
Jean-François Hauser

Sommaire
Station de ski du Haut-Doubs :
De Métabief aux Fourgs, toutes les nouveautés de la saison.
 
Polémique à Vaux-et-Chantegrue.
Constructions sans permis : les élus franchissent la ligne jaune…
 

Politique : élections départementales de mars :
Les candidats du Haut-Doubs se déclarent.

Et 44 pages d'informations locales.

Jean-François HAUSER

Directeur de la rédaction