Le numéro 181 en vente jusqu'au 02 décembre
Presse Pontissalienne 181

Infos

Edito

Impôts

Proportionnellement à sa population, le Haut-Doubs pontissalien est sans doute une des zones de France qui contribue le plus à l’effort fiscal national. 63 % des foyers de la région de Pontarlier sont redevables de l’impôt sur le revenu. C’est cinq points de plus que la moyenne départementale du Doubs et surtout dix points de plus que la moyenne nationale. En résumé, un Français sur deux n’est pas assez riche pour devoir payer des impôts sur le revenu tandis que deux Pontissaliens sur trois le sont assez pour en payer. On s’en doute, cette vitalité fiscale hors norme du Haut-Doubs est due à la présence massive de travailleurs frontaliers aux confortables revenus. Sur les 50 000 contribuables installés dans le Haut-Doubs, l’administration fiscale estime que la moitié sont des frontaliers. Ces derniers rapporteraient une manne de près de 70 millions d’euros au fisc français. Au même titre que les travailleurs installés en France percevant de hauts revenus, les frontaliers sont très lourdement imposés, certains versant au fisc plus de 3 000 euros par mois. Par le fruit de leur travail, les frontaliers du Haut-Doubs comptent parmi les plus gros contributeurs français de l’impôt sur le revenu. Logique, répondront les cartésiens, parce que les impôts sont proportionnels aux niveaux de revenus pondérés par la situation de famille de chaque contribuable. De ce côté-là, salariés travaillant en France et salariés travaillant en Suisse sont logés à la même enseigne, et heureusement. Seulement, on sent poindre de plus en plus parmi les travailleurs frontaliers ce sentiment de ras-le-bol fiscal. Quelque somme que l’on gagne, se sentir amputé de plusieurs milliers d’euros par mois donne légitimement l’impression d’être les vaches à lait de l’État. Dans une perspective de croissance de la France, de dynamisme retrouvé et d’enthousiasme économique, contribuer à l’impôt peut et même doit s’apparenter à une fierté nationale de solidarité. Seulement, il faut bien reconnaître que depuis plusieurs mois, l’État de la France donne l’impression à ceux qui paient l’impôt de remplir un puits sans fond, fait de gabegies, de dilapidation et de dépenses superflues. Ce sentiment de ras-le-bol fiscal, qui touche d’ailleurs tous les contribuables, ne sera atténué qu’à partir du moment où l’obole consentie aux impôts sera utilisée à bon escient. Aucun signe pour l’instant n’encourage à payer ses impôts avec un début de sourire.

Jean-François HAUSER

Sommaire
Les frontaliers face à l'impôt
Ils sont les plus gros contributeurs d'impôt sur le revenu du Haut-Doubs. Le secteur de Pontarlier rapporte 75 millions d'euros au fisc.
 
Plongée au cœur des quartiers.
Pareuses, Longs-Traits, Berlioz… Les quartiers de Pontarlier dévoilent leurs richesses.
 

Qui skie gratuitement à Métabief ?
Les dirigeants de la station ont procédé à un toilettage de la politique tarifaire.

 

Et 48 pages d'informations sur le Haut-Doubs.

Jean-François HAUSER

Directeur de la rédaction